Benedict Wells « Le Dernier Été »

Le roman de Benedict Wells, « Becks letzter Sommer », traite de la recherche du bonheur et de la difficulté de suivre son propre chemin. Le roman a été publié en 2009 chez Diogenes et suit le protagoniste Robert Beck, qui se sent perdu dans son existence et cherche un sens à donner à sa vie. Ses rencontres avec deux personnes spéciales, un élève et une jeune étudiante, vont changer sa vie. L’histoire se déroule comme une cassette : le passage de la face A à la face B marque une coupure nette dans le déroulement de l’intrigue. Les différentes parties de l’histoire sont des chansons qui traitent des différentes expériences que Beck a eues avec les autres personnages.

Beck vit seul et n’a que peu de confidents. Son meilleur et seul ami est Charlie, une personnalité tragique qui est toujours là pour lui. Beck fait la connaissance d’un de ses élèves, Rauli. Il découvre que le garçon a un talent musical extraordinaire. Un lien spéciale se développe entre les deux, ils essayent de se comprendre. Lara, une jeune étudiante, entre également dans la vie de Beck à travers une série d’événements étranges. Beck peut s’ouvrir à elle. Cependant, Lara rêve d’un avenir à Rome. Tout se transforme en roman d’aventure lorsque Beck, Charlie et Rauli se lancent dans un voyage vers l’inconnu. Ce voyage change fondamentalement leur vie.

« Notre existence est un cosmos rempli d’inconnu » ; « L’amour et le rire sont peut-être les meilleures façon de l’oublier« 

Le langage semble léger, il n’est pas difficile de suivre les pensées du protagoniste ; selon avec qui il dialogue, le vocabulaire est même simple et vulgaire. Cependant, cela contraste de façon intéressante avec la nature symbolique de la langue et la richesse des métaphores. Grâce à ce langage mixte, le texte semble authentique et décrit la vie intérieure de Beck de façon authentique et réaliste. En tant que lecteur, on entre directement dans la vie quotidienne de Beck en tant que professeur et ancien musicien, mais sa vie est très monotone. Rauli, un de ses élèves difficiles, attire son attention car le garçon porte un pistolet sur lui. Beck veut comprendre son élève et découvre l’énorme talent musical de Rauli. Grâce à lui, Beck a enfin un projet et veut réaliser ses propres rêves de succès dans la musique à travers Rauli. Rauli donne un concert qui lui ouvre la porte d’une carrière prometteuse. Beck ne sait pas que Rauli pourrait travailler en solo, il vit dans l’illusion de faire émerger le garçon tout seul.

Un soir, les deux hommes secourent Lara, une jeune étudiante. Beck tombe amoureux pour la première fois de sa vie. Lara a le désir d’entamer une nouvelle phase de sa vie en Italie. Beck n’a pas ce courage, malgré ses grands rêves. Il y a un contraste entre ces amoureux si différents l’un de l’autre. Lara est le seul personnage qui suit ses rêves et garde une attitude joyeuse. L’Italie reste un motif en filigrane du roman.

Charlie joue également un rôle important dans la vie de Beck. Il veut une chose avant tout, revoir sa famille et ne plus avoir peur de la mort. Après s’être échappé d’une clinique, Charlie convainc Beck de l’accompagner, lui et Rauli, en Turquie pour retrouver la mère de Charlie. Les trois vivent un voyage spectaculaire de Munich jusqu’en Turquie : ils frôlent la mort, connaissent l’ivresse et des moments d’amitié qui caractérisent ce voyage en voiture. Charlie ne reviendra jamais de ce voyage.

Après l’été passé ensemble, la chronologie se brise lorsque l’auteur lui-même surgit dans la narration. Il décrit une correspondance supposée entre Beck et lui, qui fait référence à la création de son roman. De cette façon, il élève toute l’histoire à un niveau métaphysique. L’inspiration de l’histoire est réfléchie et le processus d’écriture fait l’objet d’une réflexion. Après le voyage de l’été 1999, un saut dans le temps a lieu : Beck a laissé son ancienne vie derrière lui. Rauli est devenu célèbre en tant que musicien. Tous deux n’ont pratiquement plus aucun contact jusqu’à ce que Rauli apparaisse soudainement chez Beck une nuit, mais disparaît bientôt et laisse Beck agité, avec le cœur brisé et la chanson « Finding Anna », celle de la plus belle année de la vie de Beck.

Un roman émouvant, profond et puissant

« Becks letzter Sommer » est un roman qui captive le lecteur, l’émeut et lui laisse une impression durable. Malgré des éléments tragiques et mélancoliques, l’histoire semble légère et libre, rendant le lecteur avide des aventures des protagonistes. L’histoire est écrite de manière réaliste et compréhensible, il est aisé de se mettre à la place de tous les personnages tout en restant un observateur extérieur. L’histoire est élevée à un autre niveau car l’auteur lui-même apparaît comme un personnage et est en dialogue avec le protagoniste. Cette référence à la réalité permet aux lecteurs de réfléchir sur leur propre vie.

Le style d’écriture particulier et léger de Wells ne captive pas seulement dans „Becks letzter Sommer“, mais aussi dans ses autres œuvres, par exemple « Spinner » ou « Vom Ende der Einsamkeit ». Benedict Wellt écrit des histoires pour le cœur en abordant les problèmes et les inquiétudes qui sommeillent en chacun de nous. Les occasions manquées, les peurs et la difficulté de suivre son propre chemin jouent un rôle majeur dans notre vie, c’est pourquoi le roman „Becks letzter Sommer » est vivement recommandé. C’est une lecture non conventionnelle qui nous montre une fois de plus ce qui compte vraiment dans la vie.

Benedict Wells:

Auteur : né en 1984 à Munich

Déménagement à Berlin, décide de ne pas poursuivre ses études

« La fin de la solitude » – succès international ; liste des best-sellers, prix de littérature de l’Union européenne 2016 ; traduit en 27 langues




Critique par: Eva Goldbach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.